Fort Kochi et les Chinese Fishing Nets

Les Chinese fishing nets de Fort Kochi   © Julie's journeys
Les Chinese fishing nets de Fort Kochi © Julie's journeys

Les Chinese Fishing Nets, kezako ? Il faut aller à Kochi pour découvrir le fonctionnement de ces astucieux filets de pêche ! 

En ferry depuis Ernakulam

Je redoute l’arrivée à Kochi à 5 h du matin, car la nuit a été éprouvante. Notre train est parti à minuit de Coimbatore. La ville est très touristique et, paraît-il, les rickshaws pratiquent des tarifs abusifs. Comme souvent lorsqu’on s’attend au pire, tout se passe à merveille. Après un petit somme sur les sièges de la gare d’Ernakulam, nous prenons un rickshaw prepaid pour seulement 21 Rs. Il nous emmène au ferry qui se rend à Fort Kochi (2,5 Rs), la presqu’île sur laquelle je vous conseille de résider.

A l’embarcadère, nous rencontrons un « gentil » rickshaw. Il ne nous demande que 25 Rs pour le centre-ville et se propose de nous conduire à la guest house de ses amis, le Four Seasons (600 Rs). Très bien situé, dans la perpendiculaire à Princess Street, la rue commerçante de Fort Kochi, cet hôtel propose des petits déjeuners continentaux gargantuesques.

Dans les rues commerçantes de Fort Kochi

Dans la matinée, les rues s’animent tranquillement. Fort Kochi, c’est un peu le paradis du touriste en Inde. De bons restos pas chers, des petits magasins mignons, la possibilité de se balader en débardeur et en short en paix et surtout, le charme des petites maisons et le calme de la mer. Je suis séduite. Il y a fort à parier que, comme moi, vous réserviez une nuit de plus. Pour commencer en douceur, offrez-vous un gros gâteau à l’Elite Hôtel, l’un des moins chers. Il propose également de délicieux tandooris le soir, dans un jardin adjacent.

L’église Saint-Francis, construite au XVIe siècle par les Portugais, est la première église chrétienne de l’Inde. Notez l’astucieux système de ventilation. Vasco de Gama, mort de la malaria en 1524 en Inde, a été inhumé dans cette église, avant d’être rapatrié au Portugal. Ma préférence va pourtant à la cathédrale Santa Cruz, quelques rues plus loin, magnifiquement décorée, avec un autel très kitch.

Les filets de pêche au coucher du soleil

Au bord de l’eau, observez le manège des pêcheurs qui manient les Chinese Fishing Nets, immenses filets de pêche tendus par de longues perches de bois. Leur implantation autour de la ville date du passage de l’amiral chinois Zheng He, au XIVe siècle. Je me demande bien ce qu’ils peuvent pêcher sur le rivage mais le spectacle est hypnotisant.

Promenez-vous sur la plage au coucher du soleil. On peut observer toute sorte de coquillages et de petits animaux marins. Filez ensuite boire une bière au bar l’Excel, à deux pas. C’est plein de touristes mais vous serez sûr d’avoir des bières fraîches. Tout le monde y va pour ça.

Êtes-vous pour ou contre faire la fête à l’occidentale en voyage ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>