Que faire à Kannur pendant un volontariat ?

Depuis le fort de Kannur, la vue sur la plage   © Julie's journeys
Depuis le fort de Kannur, la vue sur la plage © Julie's journeys

Vous partez avec FSL India à Kannur. Que faire dans cette région peu touristique ?

Fort Saint Angelo fort et sa plage

Le fort de Kannur permet d’avoir une jolie vue sur la côte. On se promène dans ses jardins où les charmants écoliers en tenue s’amusent des touristes. Une tenue appropriée est impérative pour être tranquille à la plage de Kannur.

Beddies factory

Drôle d’ambiance dans la beedie factory, qui n’est en fait qu’une pièce remplie de femmes travaillant à la main. Pour la fabrication des beedies, elles utilisent des feuilles d’eucalyptus provenant du Nord-Est du pays, qu’elles mettent à sécher.

Elles font preuve de vivacité et d’une technique hors pair pour insérer le tabac à l’interieur de la feuille pliée en cône, en poussant avec un ongle en metal collé sur leur propre ongle.

Trois qualités de fils différents sont utilisées, les prix des sachets s’en ressentent. Les cigarettes sèchent pendant un jour en chambre noire chauffée. Puis, elles sont assemblées en paquets de 12 et expédiées pour être vendues 6 Rs.

La Folklore Academy

L’académie de folklore a trouvé refuge dans une maison typique de la caste des brahmanes. Elle est carrée, avec un patio en son milieu, depuis lequel les femmes pouvaient voir un bout de ciel et observer l’extérieur sans être vues. Les brahmanes avaient recours à l’astrologie pour faire construire leurs maisons. Certaines ont plus de 600 ans, mais les murs sont solides. Pourtant, ils n’avaient pas besoin de ciment et utilisaient une partie de la canne à sucre comme ingrédient de base d’une mixture secrète qui ne requiert aucune maintenance. À l’extérieur des maisons, un pot servait à récupérer l’eau de pluie et à laver les pieds des invités.

Le gouvernement a racheté cette maison, avec ses plafonds en teck et ses larges portes, ainsi que de nombreux objets appartenant à cette famille de brahmanes. Parmi eux, des ustensiles de cuisine que seuls les brahmanes avaient les moyens de posséder : un pilon pour le riz, des flasques en terre permettant de réfrigérer au bout de 30 minutes les aliments, des amphores pour conserver les pickles jusqu’à 6 mois, des pressoirs à trous pour faire tomber le riz et la viande dans l’huile, des poêles en bois, un appareil pour enlever la peau verte des noix de coco, des instruments de mesure pour le riz…

On trouve également d’autres objets de la vie quotidienne typiques de cette caste, comme les boîtes que les serviteurs emportaient partout et où les brahmanes rangeaient leur tabac, des feuilles et une sorte de pâte qu’ils mâchaient après le repas. Il en était de même du pot que ces derniers utilisaient pour cracher. Autre symbole des brahmanes, l’éventail. Ils utilisaient aussi des chaussures spéciales pour se protéger les pieds, et faire du bruit pour annoncer leur passage. Les femmes se cachaient le visage avec des ombrelles en bambou, cocotier et feuilles de palmiers.

Sur les murs de l’académie de folklore, figurent des photos de theyyam, de kalaripayattu et de danses kéralaises, mais aussi des accoutrements de teyyam et d’autres objets d’expression scénique, comme des marionnettes en papier en forme de personnage pour du théâtre d’ombre. Manipulées derrière un écran éclairé, elles illustrent des scènes de la vie des Dieux lors des nuits qui leur sont consacrées. Elles sont accompagnées par des paroles et des chants. On découvre aussi l’art de faire des mosaïques avec de la poudre. Une femme entre en transe, chante puis éparpille la poudre avec ses cheveux.

Qu’avez-vous fait autour de Kannur et qu’avez-vous pensé de cette ville ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>