Que faire à Arequipa au Pérou ?

Arequipa porte curieusement le nom de ville blanche.   / © Julie's journeys
Arequipa porte curieusement le nom de ville blanche. / © Julie's journeys

Manger un gâteau, aller chez le coiffeur et visiter le monastère et le musée devraient vous occuper quelques jours à Arequipa.

Arequipa, une pause après Colca

Après les aventures dans le canyon de Colca et en attendant notre départ pour le canyon de Cotahuasi, nous séjournons quelques jours avec Daphné et Pauline à Arequipa. Thomas vient de partir. L’occasion de se reposer un peu durant ce voyage en Amérique du sud car le centre-ville est vraiment agréable – même si on en fait vite le tour.

La ville abonde de pâtisseries et de glaciers pour notre plus grand plaisir et les gâteaux d’Arequipa sont particulièrement bons. Je raffole également de l’Inca Cola, la boisson jaune chimique des Péruviens. Deux visites fort instructives à conseiller : le monastère Santa Catalina (un peu cher mais ça en vaut la peine) et le musée Santuarios andinos.

Le monastère Santa Catalina

Le monastère est en réalité une petite ville dans la ville, aux chatoyantes couleurs rouge, bleue et orange. Elles ont été ajoutées sur les murs du couvent. A l’origine, il s’agissait des couleurs de la ville d’Arequipa,  aujourd’hui surnommée ville blanche en raison de son important passé colonial et des constructions en pierre de lave blanche. On visite les parloirs, les chambres des novices et celles des sœurs, parfaitement équipées pour les plus riches, avec un « four » dans la cuisine et une pierre à filtrer l’eau, ainsi qu’une chambre particulière pour leur servante.

Les habitations étaient construites par la famille ou rachetées, selon ses moyens. Les jeunes filles apportaient une dot au couvent. En 1870, la cuisine et les dortoirs sont devenus communs, obligeant les sœurs à renoncer à leurs privilèges. Elles ont aujourd’hui rejoint un nouveau monastère. On parcourt les ruelles de Santa Catalina, menant à de petites places, avant de gagner, après les lavoirs, le mirador San Francisco depuis lequel on jouit d’une vue sur Arequipa et sur le volcan Misti (5 825m), en fond.

Le musée d’Arequipa et la momie Juanita

L’intérêt principal du musée est la momie en très bon état de Juanita, une jeune vierge de bonne famille, sacrifiée aux Dieux. On découvre à travers une vidéo le destin tragique d’enfants et d’adolescents, abandonnés en offrande aux Dieux sur l’Ampato et d’autres montagnes des alentours. Les jeunes étaient conduits jusqu’au sommet, avant d’être drogués, frappés d’un coup sec à la tête et laissés au froid. Une éruption volcanique a permis de mettre à jour les corps congelés.

L’origine sociale de la famille est renseignée par les tissus. Un cordon ombilical intact est également synonyme d’absence de maladie (car les enfants mangeaient un peu de celui-ci lorsqu’ils étaient malades). On a trouvé près des corps des figurines représentant divers animaux et symboles comme le soleil, la terre ou l’eau. Manque de chance, la momie Juanita était en restauration le jour de notre visite, et remplacée par le corps moins bien conservé d’une autre fillette ayant subi le même sort.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>