Raid raquettes-pulka Laponie : comment se préparer ?

Un beau traîneau pour entasser nourriture et matériel et partir en raid.   / © Julie's journeys
Un beau traîneau pour entasser nourriture et matériel et partir en raid. / © Julie's journeys

L’hiver, la Laponie se prête bien aux raids skis-pulka ou raquettes-pulka. De quoi s’agit-il et comment l’organiser ?

Skis ou raquettes ?

Les raids en Laponie en hiver s’organisent avec des agences de voyage ou bien en solo si vous connaissez déjà la région. Nous avons choisi la zone d’Ivalo, à 3h au nord de Rovaniemi en Finlande. Les plus sportifs choisiront de chausser des skis nordiques mais ce n’est absolument pas nécessaire car vous pourrez marcher sans problème sur les pistes de motoneige. Munissez-vous d’une paire de raquettes pour établir vos campements en dehors des abris prévus à cet effet et pour vous déplacer dans votre nouvel environnement. N’oubliez pas d’emporter une carte plastifiée !

Pulka ou ahkio ?

Sans hésitation si vous avez le choix : ahkio ! Ce traîneau est beaucoup plus facile à manier que la petite pulka (luge) instable. Si comme nous, votre budget ne vous permet pas d’investir dans un véritable traîneau, pas de panique. Achetez une ou deux luges pour enfant, attachez une solide ficelle et fixez un élastique : vous pourrez le passer autour de la taille pour tirer votre bagage.

Pulkas bricolées avec des bâches, des ficelles et tirées par un élastique.   / © Julie's journeys

Pulkas bricolées avec des bâches, des ficelles et tirées par un élastique. / © Julie’s journeys

Tente ou refuge ?

Pour des questions évidentes de confort, je vous conseille le refuge. Laavu, kota ou autiotupa : vous avez l’embarras du choix. En revanche, ces hébergements gratuits sont petits et en cas d’affluence, le dernier arrivé a la priorité. Une tente vous rendra plus indépendant. Mais ne choisissez pas n’importe quelle tente. Nous avons opté pour une tente de l’armée suédoise de seconde main avec un poêle à bois à l’intérieur. Achetez une couverture de survie par sécurité pour en tapisser le sol.

Cette tente très résistante peut accueillir 11 personnes.   / © Julie's journeys

Cette tente très résistante peut accueillir 11 personnes. / © Julie’s journeys

Les vêtements indispensables

Pas besoin de vous ruiner au Vieux campeur. Une bonne veste et un pantalon de ski feront l’affaire. Faites un tour aux magasins de surplus militaire des puces de Saint-Ouen pour acheter des chaussettes en laine et des sous-pulls et sous-pantalons super chauds. J’ai acheté mon duvet et son fourreau polaire sur le site TAM et j’en ai été très contente dans la tente. Pour dormir complètement dehors, il faut investir un peu plus.

Pensez à vous munir de deux ou trois paires de gants dont des sous-gants fins pour pouvoir manipuler le feu et des grosses moufles imperméables pour le soir car il fait vraiment très froid… Quant aux chaussures, prévoyez une semelle en laine et des chaussures internes dans vos bottes. Comptez une quarantaine d’euros sur ebay.

Vous êtes prêt ? C’est parti ! Suivez la première étape de Nellim au lac Inari.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>