Durga Puja J-2 : Visite VIP des pandals

Gauranga Quilla devant le pandal sur l'art bengali   © julie's journeys
Gauranga Quilla devant le pandal sur l'art bengali © julie's journeys

Pour le lancement avec les « huiles » de Kolkata, découverte des pandals réalisés par l’artiste Gauranga Quilla. Le premier est consacré à l’artisanat local, le second, encore plus féerique, au Paradis et le troisième impressionne par ses marionnettes gigantesques.

L’artisanat bengali à l’honneur

De jour comme de nuit, le pandal consacré à l’artisanat bengali, réalisé par le célèbre artiste indien Gauranga Quilla et le club Abasar, impressionne par sa taille, son extravagance et le souci du détail apporté à sa conception.

Alors que la structure est réalisée avec des tiges tressées d’un arbuste bengali, de multiples poteries habillent l’éléphant, les chevaux et les figures féminines de ce pandal, et des feuilles de palmes forment d’élégants oiseaux. « L’arbre que nous avons utilisé ne pousse que lorsqu’il pleut et nous protège pendant les grosses chaleurs ; il est capital pour nous », commente l’autodidacte.

Toutes les décorations proviennent des villages du Bengale. La musique de ce pandal 100% artistique est particulièrement soignée. Les lumières ont été minutieusement installées dans les poteries mêmes.

Majestueux cygnes blancs

Le pandal du paradis de Gauranga Quilla / © julie's journeys

Le pandal du paradis de Gauranga Quilla / © julie’s journeys

Son deuxième pandal plonge le visiteur au paradis, qu’il a voulu cotonneux, «comme un nuage », poursuit Gauranga Quilla. Il a été réalisé par le club 41 Pally. Les délicates plumes des cygnes sont en fait des feuilles savamment conservées, les « murs » du pandal sont des représentations du Mahâbhârata en mousse, collées sur du fil de nylon, tandis que les poissons qui flottent dans cet Eden ont été réalisés avec des coquillages. L’icone de la déesse Durga se reflète sous le cygne. L’ensemble est harmonieux est emmène le visiteur dans un monde de douceur et de rêve.

Marionnettes géantes

On peut circuler dans le 3e pandal de l’artiste. Les figures géantes du club Tridhara rappellent celles de son premier pandal. Elles semblent indiquer le chemin vers l’idole, avec comme à chaque fois chez Gauranga Quilla, un grand souci du détail et la mise en avant des techniques du Bengale.

L'art bengali encore à l'honneur avec le club Tridhara /  © juliesjourneys.fr

L’art bengali encore à l’honneur avec le club Tridhara / © juliesjourneys.fr

Gauranga Quilla avait réalisé l’an dernier une structure en matériaux recyclés. Il est l’un des concepteurs phare de la fête depuis 2001, date à laquelle il a été révélé par la presse indienne, alors qu’il avait, dans l’ombre d’un artiste de l’époque, eut l’idée d’un pandal réalisé en gobelets plastique…

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>