Saint-Guilhem-le-Désert : quel budget prévoir pour la journée ?

Le Pont du Diable, à proximité du village de Saint-Guilhem-le-Désert.
Le Pont du Diable, à proximité du village de Saint-Guilhem-le-Désert.

Saint-Guilhem-le-Désert est classé parmi les plus beaux villages de France. Il se trouve au nord de l’Hérault, en Occitanie. Randonnée, canoë, canyoning, grotte : les possibilités de visites sont multiples. Quelques idées selon votre budget.

A la belle saison, Saint-Guilhem-le-Désert est la destination idéale pour passer une journée en amoureux, en famille ou entre amis. Village abbatial, construit autour de l’Abbaye de Gellone, Saint-Guilhem-le-Désert est aussi connu pour le Pont du Diable, enjambant les gorges de l’Hérault. Il existe de nombreuses possibilités d’activités sur place, pour toutes les bourses.

1. Une dizaine d’euros pour le stationnement payant

Commençons par le racket organisé du parking. A Saint-Guilhem-le-Désert, il existe deux parkings : Saint-Laurent (bas du village) et Prés des Pères (haut du village). Le forfait post-stationnement coûte 25 euros. Je vous déconseille de vous garer frauduleusement dans un champ ou aux grottes, beaucoup de petits malins se font prendre. Les agents de surveillance de la voie publique tournent non stop : il n’y a donc aucune chance d’échapper au PV.

Le stationnement est malheureusement payant toute l’année (pas seulement en été), tous les jours de la semaine (y compris dimanche et jours fériés) et jusqu’à minuit. Aucune chance donc d’y échapper. D’un côté, il est normal que la municipalité souhaite mettre en place un système de stationnement payant pour faire face au flot de touristes qui débarquent chaque jour. Mais, pour une durée de plus de 2h30, il faut s’acquitter obligatoirement de 8 euros. Et pour plus de 4 heures, c’est 10 euros, même si on ne reste pas toute la journée. Pas juste !

L’astuce, c’est de prendre ensuite la navette gratuite à l’arrêt en bas du village pour se rendre au Pont du Diable et à la plage à Aniane. Elles sont très fréquentes. Il existe aussi un parking là-bas, mais vous serez obligé de payer encore 8 euros en haute saison (jusqu’à 22 heures) et ce, même si vous avez déjà payé au village (et oui!). Si vous souhaitez dîner à Saint-Guilhem mieux vaut donc anticiper et vous stationner dans le village et à la plage l’après-midi en navette plutôt que l’inverse. En effet, après une certaine heure, la navette ne part plus en direction de la plage.

2. Accès gratuit pour les randonnées

Saviez-vous que Saint-Guilhem-le-Désert se trouve sur les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il est traversé par la voie d’Arles. Cette étape se situe entre Montarnaud et Saint-Jean-de-la-Blaquière. On imaginee le sentiment que doivent avoir les marcheurs en apercevoir ce magnifique village se dévoiler entre les montagnes. Vous verrez donc la célèbre coquille dans les rues et des hébergements dédiés aux pèlerins et aux randonneurs.

Pour les visiteurs à la journée, les possibilités de randonnées sont multiples à Saint-Guilhem-le-Désert. Ma préférée est celle du Cirque de l’Infernet. Elle dure une demi-journée et peut se coupler avec les Max Nègre et les Fenestrelles pour plus de challenge. Une balade plus courte est l’aller retour au point de vue au-dessus de Saint-Guilhem pour admirer le village médiéval dans toute sa globalité. Je vous invite à consulter les vingt options proposées par le site de Visorando.

3. Baignade gratuite au Pont du Diable

Pour un moment de détente en été, je vous conseille la baignade à la plage d’Aniane, sous le Pont du Diable, à quatre kilomètres du village de Saint-Guilhem. A chaque fois que je passe sur le Pont de Saint-Jean-de-Fos, je suis toujours autant émerveillée quand je vois, d’une part sur ma droite, les gorges de l’Hérault et d’autre part sur ma gauche, le solide Pont du Diable. Celui-ci est le fruit d’un Pacte perdu par le Diable lui-même qui se serait ensuite jeté dans le gouffre. Pour en savoir plus sur la légende du Pont du Diable, cliquez ici.

Après le parking ou l’arrêt de la navette, se trouvent un centre des visiteurs, une buvette et un restaurant. Descendez encore pour atteindre la plage. Dans la partie balisée, elle est peu profonde et donc idéale pour les enfants. Les grands peuvent crapahuter sur les rochers en direction du Pont du Diable. Beaucoup s’amusent à sauter (attention, il y a des blessés tous les ans). J’aime nager sous le Pont du Diable et rejoindre les gorges si rafraîchissantes. En saison, il est aussi possible de louer un canoë sur cette portion : fous rires garantis avec les galères pour se dépêtrer des rochers.

4. Une quinzaine d’euros pour la Grotte de Clamouse

Dans la région, il existe de très nombreuses grottes, toutes plus belles les uns que les autres. Par grosse chaleur, la Grotte de Clamouse vous offrira un abri rafraîchissant. Au cœur des gorges de l’Hérault, elle est connue pour ses très rares cristaux d’aragonite. Pour attirer une clientèle plus jeune et dynamique, la grotte propose un Spéléoparc avec deux parcours sportifs type accrobranche ainsi qu’un escape game grandeur nature. Pour les tarifs de la grotte de Clamouse, cliquez ici.

Incontournable : visiter le village abbatial

En fin de journée, ne manquez pas de faire un tour au village médiéval de Saint-Guilhem-le-Désert. Le flot des touristes est déjà parti. Profitez en pour prendre un verre ou manger sur la place de la Liberté autour du Roi Platane de 1855. Poussez la porte de l’Abbaye de Gellone, une abbaye bénédictine romane du IXe siècle. Promenez vous dans sa crypte et dans son cloître. Perdez-vous dans les ruelles, entre galeries d’art et boutiques d’artisanat et suivez le Verdus, le petit cours d’eau qui serpente dans le village.

5. Vingt-cinq euros pour la descente des gorges

Plusieurs organismes proposent la descente des gorges de l’Hérault en canoë ou en kayak. Il existe plusieurs parcours de 4 à 12 km. Je vous conseille le plus long (environ 4 heures avec les pauses). Les descentes restent très accessibles. Le personnel aide à passer le barrage. Il faut compter environ 50 euros par embarcation de deux personnes. Ne soyez pas déçu, ce n’est pas la partie la plus étroite des gorges que l’on emprunte. C’est donc moins joli qu’en Ardèche mais c’est pourtant plus amusant. Il y a pas mal de rapides au printemps pour un maximum de fous rires et d’émotions. J’ai testé l’activité avec Kayapuna que je ne peux que recommander.

20230603 175947 resultat

6. Cinquante euros pour du canyoning

Cette fois, on parle bien de crapahuter dans la partie étroite des gorges, celle que l’on voit depuis le village de Saint-Guilhem. Faire du canyoning à cette endroit est donc magnifique mais aussi beaucoup moins reposant que de faire du canoë. Le moniteur est formé pour encadrer les groupes et le matériel est fourni. En canyoning, il faut nager en eaux vives, dans le sens du courant. Côté sensations, il y a des sessions de rappels et d’autres où l’on doit plonger depuis les rochers. Appelez les organismes pour connaître le niveau et s’il est possible d’éviter les sauts (j’ai peur, donc je parle en connaissance de cause!). Je vous conseille de jeter un œil à ce super site qui répertorie tous les canyons de l’Hérault.

20230603 185308 resultat

Alors, qu'est-ce qui vous tente à Saint-Guilhem-le-Désert ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La période de vérification reCAPTCHA a expiré. Veuillez recharger la page.

Retour en haut