Quelle est la meilleure saison pour visiter l’Islande ?

L'été est une bonne saison pour visiter toute l'Islande.
L'été est une bonne saison pour visiter toute l'Islande.

L’Islande est une destination qui a le vent en poupe depuis une dizaine d’années. Ce pays est agréable à visiter aussi bien l’été que l’hiver. Quant au printemps et à l’automne, ces alternatives sont hasardeuses. Je vous détaille les avantages de chaque période pour partir en Islande.

En été, fais ce qu’il te plaît en Islande

Tout est dans le titre. L’été est la saison idéale pour les baroudeurs. En effet, de juin à septembre, l’ensemble de l’île est ouvert à la circulation. Vous pourrez ainsi profiter également du nord, de l’est et du centre du pays et pas seulement du « cercle d’or » autour de la capitale Reykjavík. Il est possible de faire des treks prestigieux comme le Landmannalaugar, inatteignable dès mi-septembre. Les jours sont interminables et la météo est plus clémente.

C’est aussi une période économique sur place car vous pourrez dormir en camping au lieu de prendre des hôtels ou des maisons d’hôtes chaque soir. Bon à savoir pour les routards au petit budget ! Inutile également de louer une voiture, vous pourrez vous déplacer tout autour de l’île avec les transports en commun, qui ne fonctionnent plus à partir de mi-septembre. Pratique, si vous n’avez pas le permis…

L’inconvénient, c’est évidemment que vous croiserez de nombreux touristes sur la principale route (circulaire) du pays. Vous aurez peut-être la désagréable impression d’être dans un parc d’attractions, alors que la beauté de l’Islande trouve justement sa source dans son calme. Sans compter que le prix des vols augmente considérablement et que vous devrez réserver vos hébergements et activités à l’avance.

Découvrez les sources d'eau chaude en Islande.

En hiver, des aurores boréales en Islande

De nombreux voyageurs optent pour la saison hivernale en Islande. Dans ce cas, prévoyez un court séjour (4 ou 5 jours). Vous aurez le temps de goûter à l’ambiance de la charmante Reykjavík. Vous pourrez découvrir les points d’intérêt du « Golden Circle » (Cercle d’Or) avec un tour organisé : cascade de Gullfoss, zone de geysers de Geysir et parc national de Thingvellir. Vous allez aussi profiter des bains chauds du Blue Lagoon.

Le gros avantage, c’est qu’il est possible de voir quasiment à coup sûr des aurores boréales. Vous pourrez vous adonner à tout type d’activités dans la neige, un peu comme comme en Laponie. L’atmosphère est cosy et romantique, c’est une période idéale pour les couples. L’inconvénient, c’est bien sûr que les jours sont très courts (il fait nuit quasiment tout le temps). Il fait également très froid, ce qui peu gâcher certaines sorties.

Notez que les transports publics ne fonctionnent pas durant la basse saison. Vous ne pourrez pas non plus aller en voiture dans le centre de l’île car les routes des « Hautes Terres » sont fermées. D’autres itinéraires sont inaccessibles comme le Nord-Ouest ou les fjords de l’Est par exemple. Si vous louez un 4×4, vous pourrez tout de même aller voir la zone géothermique de Reykjanes ou le volcan Fagradalsfjall.

Printemps et automne, un compromis risqué pour l’Islande

Partir en avril-mai ou en octobre-novembre en Islande présente certains avantages. C’est la basse saison, il y a donc moins de touristes et les prix s’en ressentent. Il y a toutefois de nombreux inconvénients. Il fait encore/déjà extrêmement froid et les journées sont relativement courtes. C’est une saison incertaine au niveau des routes comme de la présence des aurores boréales.

J’ai voyagé à la fin de mois de septembre en Islande. J’ai eu beaucoup de chance car j’ai vu des aurores boréales, qui étaient précoces dans la saison. Toutes les routes étaient encore ouvertes sauf celles du centre. J’ai donc pu rouler sur la route circulaire afin de visiter le lac Mývatn au Nord, le fjord Eskifjordur à l’Est, le glacier Vatnajökull et la plage de Vík au Sud. En revanche j’ai dû renoncer au trek Landmannalaugar.

Ce qui était un peu rageant, c’est que nous avons dû louer une voiture ou prendre des tours organisés car il n’y avait déjà plus de transports publics. Pour se rendre sur certains itinéraires comme Thórsmörk, il aurait même fallu louer un 4×4… Il faisait aussi trop froid pour camper, et de toute façon les campings étaient déjà fermés. Impossible aussi de faire de belles randonnées en cette saison.

En résumé, je pense que septembre et juin passent encore, mais ensuite il faut vraiment rester autour de la capitale et ce n’est pas le même genre de voyage. N’y consacrez donc pas autant de temps que durant la haute saison estivale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Retour en haut